Lijiang : Arrivée au Yunnan

Lijiang : Arrivée au Yunnan

Arrivée à Lijiang (丽江) le matin assez tôt, toujours au Yunnan (云南). L’atterissage en avion est impressionant. Lijiang (丽江) est une ville au milieu des montagnes, donc l’avion s’est confronté à des vents tourbilloneux et à un espace de manoeuvre assez limité… Ensuite, un bus nous a emmené à la ville, et on s’est directement rendu dans la vieille ville pour y trouver un hôtel.

Voici la vue de l’hôtel… superbe vue, chambre agréable à souhait, douche et wc à l’intérieur, grande télévision avec lecteur DVD, 8€ la nuit ! Dur de trouver un meilleur qualité / prix… Lijiang concentre une majorité d’artisans de cadeaux souvenirs, en voici un. La spécialité est la fabrication de petites cloches, mais désolé, y’a pô toff  .

Lijiang est la capitale de la minorité Naxi. On surnomme les Naxi « le peuple de l’eau » car l’eau est omniprésente dans la ville, elle compose un grand réseau de petites rivières. Ce peuple est majoritairement composé de femmes qui s’acquittent des tâches les plus importantes, ce qui est une excellente chose, isn’t it :mrgreen: ? D’ailleurs on voit souvent les hommes glander et jouer au mah-jong alors que les femmes sont toujours avec des paniers sur la tête ou en train de faire la lessive dans leur petit cours d’eau… Ce peuple a son propre langage, sa propre écriture (proche de l’ancienne écriture chinoise, qui ressemble à des petits dessins), et sa propre religion (le Dongba).

La ville est super sympa, on trouve uniquement des maisons traditionnelles, tout est décoré, bien conservé, super clean, et très fleuri. Le genre d’endroit où on se sent bien et que l’on n’a pas envie de quitter. On décide donc d’y rester 3 jours… soit la moitié du voyage !

Une Naxi-girl qui s'affaire à laver les culottes de son Naxi-lazy-boy

On aura tout le loisir de visiter Lijiang plus tard puisque l’hôtel est en plein dedans ! On a donc loué des vélos, et on est parti à l’aventure… vers un plus vieux village. Sur la route, un petit chinois d’une dizaine d’années nous a accosté, il voulait absolument nous emmené justement au vieux village. Moi je pensais pouvoir trouver la route avec mon instinct de félin, mais Wei n’ayant pas (encore) confiance en mes facultés truffiaires a préféré qu’il nous accompagne… à moins que la raison soit que, le gamin habitant ce vieux village, elle voulait tout tenter pour se faire inviter dans sa maison pour le thé 🙄 !

Au bout d’1h de vélo, on est arrivé à destination. Il se trouve que le vieux village a été bien restauré pour les touristes, donc c’est presque aussi mignon que Lijiang. Le petit chinois accompagnateur est sur la photo de gauche… il serait très fier de se voir sur le net, déjà qu’il en pouvait plus de la voir rien que sur le numérique ! A côté une maison typique du coin.

Souhaitant un peu plus de découverte et de rencontre du 3ème type, après une petite ballade dans le village, on a prit un chemin pour un autre, un peu plus planqué dans les hauteurs de la montagne.

On a traversé une rivière avec, on s’est retrouvé à quasiment excalader des barbelés, enfin tout ça, c’est pô de ma faute, moi je voulais prendre un chemin qui avait l’air d’aller au un village pommé, et Wei m’a indiqué une autre route qui finissait dans les brousailles… donc on en est ressorti tout broussailleux mais on a quand-même réussi à arriver au village . Je me serai un peu cru dans un vieux village des Pyréenées, avec les chinois en plus… et aussi de grandes maisons où de grandes familles habitent. On a visité la plus grande du village, mais j’ai pas osé prendre de photo, vu que c’est 3 générations qui nous regardait (enfin surtout moi et ma blondeur « éblouissante », moahah :oops:).

« Atchoum » dit le poulet.

C’était sympa de voir un vieux village perdu, avec ses paysans qui travaillent, les petits enfants qui jouent avec tout ce qui traine, les femmes qui sont toutes ensemble le long du ruisseau, les unes pour la lessive, les autres pour nettoyer le riz, les légumes, ou je sais pas trop quoi d’autres (j’ai eu l’impression de voir des pierres…). Beaucoup d’animaux aussi, des boeufs, coqs, poulets (il a l’air bien en forme celui du dessus quand-même !)…

Sur le retour, on a pu admirer le couché de soleil local en pédalant. Arrivé à Lijiang, on est aller voir un concert traditionnelle Naxi. Cette musique a gardé tout de son aspect originel, et pourtant elles datent du 13ème siècle ! Certaines personnes disent même que les morceaux joués sont des « fossiles vivants de la musique chinoise » … et on pourrait dire de même pour les musiciens … En fait, il y a une grande majorité de musiciens très âgés, mais il y avait quand-même un jeune parmi-eux (faut bien que ça tourne après tout). Je pourrais définir la musique qui été joué comme… envoûtante, très rythmée, des sons complètement inhabituels mais étonnants… bref, pour un musicien actuel (tel que moi, grand guitariste devant l’éternel ), c’est un bon moment de délectation au début, après ça devient un peu répétitif et il y a beaucoup moins de découverte. Cela dit, ça vaut vraiment le coup d’y aller faire vibrer ses tympans et par la même occasion de faire un petit saut dans le passé.


Deep Purple, Van Halen, AC/DC, et les autres n’ont qu’à bien se tenir, vala les arrières
grand-pères du rock avec leurs grattes en bois !